prince


prince

prince [ prɛ̃s ] n. m.
• 1120; lat. princeps « premier » et « chef, empereur »
I
1Didact. ou littér. Celui qui possède une souveraineté (à titre personnel et héréditaire); celui qui règne. monarque, roi, souverain. Prince de droit divin. La cour, les courtisans d'un prince. Hist. Princes feudataires : vassaux d'un roi, d'un empereur et souverains sur leur fief. Prince turc ( sultan) , hindou ( maharajah) .
Par ext. Le souverain, celui qui exerce le pouvoir réel. « Le Prince », traité de Machiavel (1513).Par ext. Loc. Le fait du prince : acte de gouvernement, du pouvoir qui contraint à l'obéissance (surtout mesures arbitraires). Le bon vouloir du prince. Les (ces) princes qui nous gouvernent : les détenteurs du pouvoir. Ce sont là jeux (I, 1o) de prince.
2Celui qui appartient à une famille souveraine, sans régner lui-même; titre porté par les membres de la famille royale, en France. Princes du sang : les proches parents du souverain. Titres donnés aux princes du sang. altesse, monseigneur. Monsieur le Prince. monsieur (1o, spécialt). Prince prétendant. Prince puîné. infant. Prince consort. Prince héritier de France. 2. dauphin. Le prince de Galles, fils aîné du souverain d'Angleterre.
3Celui qui possède un titre, attaché ou non à la possession d'une terre, conféré par un souverain. Princes d'Empire (créés par Napoléon Ier). « le fils de ma belle-sœur porte le titre de prince d'Agrigente » (Proust). Mod. (En France) Titulaire du plus haut titre de noblesse. « bien qu'il eût le choix entre quatre ou cinq titres de prince, il a gardé celui de baron de Charlus, par protestation » (Proust). En Italie, les neveux des papes portaient le titre de prince. Prince russe (titre moins élevé qu'en France).
4Personnage princier, grand seigneur. « Les contes où le prince épouse la bergère » (Malraux). Le prince charmant. « Le Petit Prince », récit de Saint-Exupéry. « La ville dont le prince est un enfant », pièce de Montherlant.
5Souverain régnant sur un État portant le nom de principauté. Le Prince de Monaco.
6Loc. (XVIIe) Être habillé, vêtu comme un prince, richement, princièrement. Vivre comme un prince.
(XIXe) ÊTRE BON PRINCE : faire preuve de générosité, de bienveillance, de tolérance. ⇒ accommodant. « Le gouvernement, bon prince, laisse courir les suspects » (Martin du Gard).
II
1Prince de... : principal personnage (d'un groupe). Le prince des apôtres : saint Pierre. Les princes de l'Église : les cardinaux, archevêques et évêques. — Le prince des démons, des ténèbres : Satan.
Hist. Premier personnage d'une confrérie de « fous », de « sots », au Moyen Âge. Prince des sots. Le prince des poètes.
2Les princes de la terre : les grands de ce monde. « Le prince du bric-à-brac » (Balzac). roi.

prince nom masculin (latin princeps, -ipis, premier) Celui qui possède une souveraineté. Celui qui appartient à une famille souveraine. En France, titre de noblesse le plus élevé. Le premier par son mérite, sa situation : Prince des poètes.prince (citations) nom masculin (latin princeps, -ipis, premier) François Andrieux Strasbourg 1759-Paris 1833 Ce sont là jeux de prince : On respecte un moulin ; on vole une province. Le Meunier sans souci Charles Baudelaire Paris 1821-Paris 1867 Le Poète est semblable au prince des nuées […] Ses ailes de géant l'empêchent de marcher. Les Fleurs du Mal, l'Albatros Noël Du Fail, seigneur de La Hérissaye Château-Letard, près de Rennes, vers 1520-Rennes 1591 Quant aux cours des princes, il les faut, pour parler et apprendre de tout, avoir vues, et savoir de quel bois on s'y chauffe, mais s'en retirer au plus tôt qu'on peut. Contes et discours d'Eutrapel René Étiemble Mayenne 1909 Quand de toute ma bonne foi, j'estime qu'il se trompe, je dis au prince qu'il se trompe. Confucius Gallimard François de Salignac de La Mothe-Fénelon château de Fénelon, Périgord, 1651-Cambrai 1715 Les princes ont un pouvoir infini sur ceux qui les approchent ; et ceux qui les approchent ont une faiblesse infinie en les approchant. Examen de conscience sur les devoirs de la royauté Élie Fréron Quimper 1718-Montrouge 1776 Le goût est un prince détrôné qui, de temps en temps, doit faire des protestations. L'Année littéraire, 1755 Jean de Meung Meung-sur-Loire vers 1240-Paris 1305 Ils choisirent entre eux tous, tant qu'ils étaient, un grand vilain, le plus ossu, le plus râblé, de la plus haute stature, et ils le firent prince et seigneur. Un grant vilain entr'eus eslurent, Le plus ossu de quan qu'il furent, Le plus corsu et le greigneur, Si le firent prince et seigneur. Roman de la Rose Commentaire Il s'agit des origines de la royauté, selon Jean de Meung Voir aussi Guillaume de Lorris, auteur de la première partie du Roman de la Rose. Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 Le bonhomme disait : Ce sont là jeux de prince. Fables, le Jardinier et son Seigneur François, duc de La Rochefoucauld Paris 1613-Paris 1680 La clémence des princes n'est souvent qu'une politique pour gagner l'affection des peuples. Maximes Louis XIV, roi de France Saint-Germain-en-Laye 1638-Versailles 1715 Encore qu'il soit de la probité d'un prince d'observer indispensablement ses paroles, il n'est pas de sa prudence de se fier absolument à celle d'autrui. Mémoires Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière Paris 1622-Paris 1673 Nous vivons sous un prince ennemi de la fraude. Le Tartuffe, V, 7, l'exempt. Michel Eyquem de Montaigne château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1533-château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1592 Les princes me donnent prou s'ils ne m'ôtent rien, et me font assez de bien quand ils ne me font point de mal ; c'est tout ce que j'en demande. Essais, III, 9 beaucoup Charles de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu château de La Brède, près de Bordeaux, 1689-Paris 1755 Tous les hommes sont des bêtes ; les princes sont des bêtes qui ne sont pas attachées. Mes pensées Jean-François Paul de Gondi, cardinal de Retz Montmirail 1613-Paris 1679 […] Auprès des princes il est aussi dangereux et presque aussi criminel de pouvoir le bien que de vouloir le mal. Mémoires Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon Paris 1675-Paris 1755 Ces princes sont-ils faits comme les autres humains ? Mémoiresprince (expressions) nom masculin (latin princeps, -ipis, premier) En prince, comme un prince, magnifiquement, somptueusement. Être bon prince, faire preuve de générosité, de bienveillance, d'indulgence. Fait du prince, acte arbitraire d'un gouvernement ; dans les contrats administratifs, mesure prise par la collectivité publique en dehors de sa qualité de contractante et qui a pour effet de modifier pour le cocontractant les conditions d'exécution du contrat. Monsieur le Prince, titre porté par le chef de la maison de Condé. Prince charmant, dans les contes de fées, jeune prince qui surgit à point pour délivrer et épouser la jeune héroïne persécutée ; jeune homme séduisant. Prince des démons, Satan. Princes de l'Église, les cardinaux et les évêques. Prince royal, héritier présomptif du roi. Prince du sang, prince issu d'une famille souveraine par les mâles. ● prince (synonymes) nom masculin (latin princeps, -ipis, premier) Le premier par son mérite, sa situation
Synonymes :
- autorité
- célébrité
- maître
- roi
- sommité

Principe ou Prince
(île du) (Ilha do Príncipe) île du golfe de Guinée (142 km²), formant avec São Tomé un état indépendant depuis 1975; ch.-l. São Antonio. V. carte et dossier São Tomé et Principe, p. 1494.

⇒PRINCE, subst. masc.
I.— Celui qui est premier par le sang ou par le rang.
A.— Membre d'une famille souveraine :
1. L'émir Fakar-El-Din (...) avait formé des alliances et conclu des traités de commerce avec des princes d'Italie : il va lui-même solliciter les secours que ces princes lui ont promis. Il (...) se réfugie à la cour des Médicis, à Florence. L'arrivée d'un prince mahométan en Europe éveille l'attention. On répand le bruit que l'émir Fakar-El-Din est un descendant des princes de la maison de Lorraine...
LAMART., Voy. Orient, t. 2, 1835, p. 110.
1. Celui qui possède une souveraineté en titre et qui règne. Prince souverain. On a salué dans Guillaume II le prince généreux qui voulut grouper l'Europe contre les Jaunes (MAURRAS, Kiel et Tanger, 1914, p. 206). V. couronne ex. 7.
Princes étrangers. Sous l'Ancien Régime, princes issus de maisons souveraines non françaises comme celles de Savoie et de Lorraine. L'état des ducs et pairs, bien constaté, vaut mieux que celui des princes étrangers, qui ont à lutter sans cesse pour la prééminence (CHAMFORT, Max. et pens., 1794, p. 20).
Prince d'Empire. Prince du Saint-Empire romain germanique. L'archevêque étant prince d'Empire, il demanderait certainement avis et secours à la Diète et à l'Empereur (LEFEBVRE, Révol. fr., 1963, p. 238).
2. Celui qui appartient à une maison souveraine et ne règne pas. « On prétend qu'il y fait [à Pau] assez froid, à cause du voisinage des Pyrénées. Cannes doit être plus sain, puisque les princes d'Orléans y vont » (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Voy. santé, 1886, p. 548).
Prince consort. Époux d'une souveraine, mais qui ne règne pas lui-même. Le prince consort Albert, mari de la reine Victoria, fournit à l'occasion des modèles. Il dessina notamment un surtout de table représentant quatre des chiens favoris de la souveraine (GRANDJEAN, Orfèvr. XIXe s., 1962, p. 15).
Monsieur le Prince. Premier prince du sang de la maison de France; depuis le XVIe siècle, prince de (Bourbon) Condé. (Dict. XIXe et XXe s.).
Prince de Galles. Fils aîné du souverain d'Angleterre. George III d'Angleterre avait la passion du beau vermeil (...). Son fils, le prince de Galles (futur George IV) alla plus loin encore dans le goût de l'orfèvrerie (GRANDJEAN, Orfèvr. XIXe s., 1962 p. 48).
Prince impérial. Héritier présomptif du trône impérial :
2. Le Prince Impérial n'était pas précisément joli. Ses yeux étaient petits et sa figure irrégulière. Mais il avait déjà, à trois ans, ce qui manquait à l'Impératrice et ce qu'avait l'Empereur : du charme.
GYP, Souv. pte fille, 1928, p. 70.
Princes légitimés. V. légitimé II hist.
Prince royal. Héritier présomptif du trône royal. Synon. dauphin (en France, sous l'Ancien Régime). La troisième armée allemande, avec le prince royal de Prusse (ZOLA, Débâcle, 1892, p. 495).
Prince du sang. Prince issu de la famille royale par les mâles. Ce préau (...) est la même enceinte où le roi Charles V assemblait son conseil, où les princes du sang et les grands du royaume venaient discuter (JOUY, Hermite, t. 4, 1813, p. 293).
Absol. Le(s) fils, frère(s), oncle(s) du souverain. L'aîné des princes, qui commande l'armée de son père, a un poignard dont le manche est entièrement incrusté de diamants (LAMART., Voy. Orient, t. 2, 1835 p. 68). Je vis aussi (...) le prince Guillaume, frère du roi (CHATEAUBR., Mém., t. 3, 1848, p. 52) :
3. ... une tente fleurdelisée montre qu'ils sont « princes des fleurs de lis », c'est-à-dire proches parents du roi de France.
L'Hist. et ses méth., 1961, p. 418.
P. anal. Prince(s) de l'Église. ,,Titre protocolaire des cardinaux qui, formant la Cour pontificale, sont assimilés aux princes du sang`` (Foi t. 1 1968). Il est beau de voir rayonner, à travers la dignité cardinalice, l'âme ardente d'un humble prêtre. Tel nous est apparu le cardinal Pacelli, secrétaire d'État. Tel a dû le voir, comme moi, notre ministre des Affaires étrangères, assis à table en face du prince de l'Église (MAURIAC, Journal 2, 1937, p. 145).
P. ext. Les cardinaux, archevêques, évêques :
4. Dans ces siècles voisins de la primitive Église (...) les princes de l'Église portaient une croix de bois, se souvenant (d'après l'expression d'un célèbre orateur) qu'une croix de bois avait sauvé le monde...
JOUY, Hermite, t. 4, 1813 p. 301.
B.— 1. Celui à qui le souverain a conféré le titre de prince. — Quel est-il ce général qui gourmande son voisin? (...) — Le maréchal Ney, bêta! (...) Fabrice (...) contemplait, perdu dans une admiration enfantine, ce fameux prince de la Moskova, le brave des braves (STENDHAL, Chartreuse, 1839, p. 42). Au premier rang (...) figurait le mari de la Païva, Henckel de Donnersmarck, qui fut fait prince comme Bismarck, Munster et Bulow, pour actions d'éclat contre la France (MAURRAS, Kiel et Tanger, 1914, p. 225).
Prince d'Empire. Celui auquel le titre a été conféré par Napoléon Ier. Berthier, Prince d'Empire et vice-connétable, Chargea sur notre droite un corps hanovrien Avec trente escadrons (HUGO, Légende, t. 5, 1877, p. 982).
2. Celui qui possède une terre (principauté) conférant à son possesseur le titre de prince. Certains seigneurs portaient le titre de princes comme possédant des terres érigées en principautés : ainsi les principautés de Joinville, de Talmont, de Soubise, de Chimay, de Chalais, etc. (MARION Instit. 1923, p. 456).
3. De nos jours. En France, titre de noblesse le plus élevé; titulaire de ce titre. Si tous les ducs et princes français descendent de Saint Louis, comme le prouvent leurs tableaux d'ascendance, ils descendent aussi d'une grande quantité de familles bourgeoises ou paysannes (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 727).
C.— [Avec un art. déf.]
1. Chef d'un état monarchique; p. ext., souverain de l'État dont on parle, dont il est question. Le premier devoir du prince, sans doute, est de faire ce que veut le peuple; mais ce que veut le peuple n'est presque jamais ce qu'il dit : sa volonté, ses besoins doivent se trouver moins dans sa bouche que dans le cœur du prince (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 272). Traditionnellement, le droit divin adossant l'un à l'autre le trône et l'autel, le prince imposait sa religion à ses sujets (LEFEBVRE, Révol. fr., 1963, p. 48).
2. P. ext. Celui qui exerce le pouvoir réel; le gouvernement d'un état républicain. Le bon vouloir du prince. Ce rapprochement, abandonné aux ambitions des princes et aux caprices de la fortune (OZANAM, Philos. Dante, 1838, p. 176).
Le fait du prince. Acte du souverain faisant usage de son autorité :
5. ... sous les Perses Achéménides, sous Crésus, roi de Lydie, dans sa capitale de Sardes, la monnaie devient le fait du prince, après avoir été celui du banquier ou du bailleur de fonds. Le contrôle des émissions est l'apanage d'une autorité qui affirme ainsi son pouvoir politique.
L'Hist. et ses méth., 1961, p. 368.
De nos jours. Acte arbitraire du gouvernement ou d'une personne détenant une autorité quelconque. Considérés comme le « fait du prince », les gratifications, quoique stimulantes, appartiennent à des méthodes de gestion qui encourent le risque d'être jugées arbitraires (Univers écon. et soc., 1960, p. 44-2).
D.— Loc. et expr.
Vieilli, fam. ,,L'ami du prince. L'argent des plaisirs secrets d'un prince ou de quelque personnage puissant`` (Ac. 1835, 1878).
(Être/se montrer) bon prince. (Être/se montrer) homme (plus rarement femme) conciliant, qui fait preuve de tolérance. Jacques II, homme fervent, qui persécutait les juifs et traquait les gypsies, fut bon prince pour les comprachicos [nomades qui faisaient le commerce d'enfants] (HUGO, Homme qui rit, t. 1, 1869, p. 35). Je croyais les savants d'aujourd'hui plus dédaigneux; mais je vois que vous êtes bons princes et que vous ne méprisez pas des récits (...) absurdes (A. FRANCE, Livre ami, 1885, p. 276).
De prince. Synon. princier2. Boutigny était maintenant un gros monsieur enrichi par sa fabrication de la soude de commerce (...). Toute la famille (...) occupait un break superbe, attelé d'une paire de grands chevaux blancs (...). Lazare (...) dit avec effort : — Il mène donc un train de prince, maintenant? (ZOLA, Joie de vivre, 1884, p. 1065).
Vieilli. Avoir un équipage de prince. ,,Avoir un grand équipage`` (Ac. 1798-1878).
En prince, comme un prince. À la manière d'un prince; avec grandeur, faste, magnificence. V. infra vivre en prince ex. de About.
Être vêtu en prince, comme un prince. Être magnifiquement, richement vêtu. Rodolphe a une nouvelle maîtresse, et il lui a acheté une toilette superbe, car il a reçu beaucoup d'argent, et lui-même est vêtu comme un prince (MURGER, Scènes vie boh., 1851, p. 167).
Vivre en prince. Vivre de manière splendide, fastueuse. Il (...) s'expatriait en Europe, où sa fortune glorieusement acquise lui permettait de vivre en prince (ABOUT, Roi mont., 1857, p. 197).
Jeux de prince (qui ne plaisent qu'à ceux qui les font). [P. allus. à la fable de La Fontaine, Le Jardinier et son Seigneur] Divertissements qui amusent leurs auteurs qui ne se soucient pas de blesser quelqu'un ou du préjudice qu'ils peuvent causer à autrui. (Dict. XIXe et XXe s.).
Au fig. ou p. iron. On sait que les jeunes gentilshommes de ce temps-ci aiment à conter fleurette aux filles sans dot... Ce sont là jeux de princes (THEURIET, Mariage Gérard, 1875, p. 115).
Le Prince charmant. Jeune prince, héros de contes de fées doté de toutes les qualités (beauté, puissance, fortune) et qui épouse l'héroïne à la fin du conte; p. anal., le prince charmant de qqn, jeune homme auquel une jeune fille attribue toutes les qualités et qu'elle rêve d'épouser. La Belle au Bois Dormant ne se réveille que parce que son prince charmant l'embrasse (...). Dans chacune de ces histoires (...) le chevalier servant prouve son amour d'une façon ou d'une autre (...). Tout ce que nous savons des sentiments de la Belle au Bois Dormant c'est qu'en se réveillant elle a un regard « tendre » pour le prince qui la délivre de son enchantement (Br. BETTELHEIM, Psychanal. des contes de fées, 1976, p. 453).
II.— Celui qui est le premier par le mérite ou par l'autorité.
A.— Littéraire
1. Celui qui, parmi ses pairs, a la primauté en mérite, en talent. Aristote, le prince des philosophes. Homère, le prince des poètes. Démosthène, le prince des orateurs grecs (Ac. 1835-1935). Curnonski le « prince des gastronomes » (COSTON, A.B.C. journ., 1952, p. 145). Né en 980, près de Boukhara, disciple d'Al-Fârâbî, Avicenne, surnommé le prince des médecins, mourut en 1036 (CARON, HUTIN, Alchimistes, 1959, p. 120).
P. anal. Messieurs et Mesdames, dit le maître, j'ai l'honneur de vous présenter Mirliflore, le prince des ânes (SÉGUR, Mém. âne, 1860, p. 176).
ANTIQ. ROMAINE. Prince de la jeunesse. ,,Le jeune prince de la famille impériale que l'empereur mettait à la tête des fils de sénateurs, pour la célébration des jeux troyens`` (Ac. 1935).
HIST. (Moy. Âge)
♦ Premier personnage de confréries joyeuses, de jeux, de joutes littéraires. Guido Cavalcanti fut salué le prince de la lyre : un chant, qu'il composa sur l'amour, obtint les honneurs de plusieurs commentaires (OZANAM, Philos. Dante, 1838, p. 61). V. principauté ex. de Sainte-Beuve.
♦ Titre en tête d'une ballade dédiée à celui qui avait gagné le prix :
6. LE ROI, à Gringoire :Mais n'est-il pas d'usage qu'il y ait un « envoi » après les trois couplets? (...) L'« envoi » doit commencer, j'imagine, par le mot Prince [it. ds le texte]. GRINGOIRE : Oh! cela est indispensable (...).
Envoi.
Prince, il est un bois que décore
Un tas de pendus, enfouis
Dans le doux feuillage sonore.
C'est le verger du roi Louis!
BANVILLE, Gringoire, 1866, 4, pp. 31-32.
RELIG. CATH. Prince des Apôtres. Saint Pierre, le premier apôtre qui a suivi le Christ et qui est devenu le premier pape. S. Pierre, dans une seule prédication, convertit 5 000 hommes à Jérusalem (...). Bientôt le Prince des Apôtres jette dans la capitale de l'empire Romain, les fondements de la puissance ecclésiastique (CHATEAUBR., Génie, t. 2, 1803, p. 363).
2. Celui qui brille particulièrement dans un domaine, dans une discipline. Prince de la mode, des poètes; les princes de la science. Pour les (...) paysages de campagnes, de mer et de villes, le premier nom que nous rencontrons (...) c'est Ruysdaël, prince du paysage (ESTAUNIÉ, Rom. et prov., 1942, p. 200).
B.— Chef ou personnage exerçant son autorité temporelle et/ou spirituelle sur un groupe.
Princes du peuple. Chefs des tribus chez les Hébreux. (Ds LITTRE, GUÉRIN 1892, ROB.).
C.— Celui dont le titre est lié à une fonction et qui exerce une suprématie sur ses pairs.
ANTIQ. ROMAINE. Prince du Sénat. Celui qui, inscrit par les censeurs en tête de la liste des Sénateurs, opinait le premier. (Dict. XIXe et XXe s.).
Prince des évêques. Le pape, en raison de la primauté qu'il possède sur l'ensemble des évêques en sa qualité de successeur de saint Pierre. Synon. évêque des évêques (d'apr. Foi t. 1 1968).
HIST. JUIVE. (Prince) des prêtres. Chef du sanhédrin religieux. Léon XIII, Drumont (...). À ce rapprochement sacrilège de deux noms inégaux je vois d'ici le prince des prêtres déchirer sa robe (BERNANOS, Gde peur, 1931, p. 192).
D.— Celui qui exerce une domination, qui possède une supériorité dans un domaine.
1. Domaine temporel, le plus souvent au plur. Les princes de la mer. V. fer ex. 5.
Les princes de la terre. Les grands de ce monde :
7. ... la vieille marquise de Listomère, était une Grandlieu. Ses manières furent polies comme l'avaient été celles de Monsieur de Mortsauf le jour où il me vit pour la première fois. Son regard perdit cette expression de hauteur par laquelle les princes de la terre vous font mesurer la distance qui se trouve entre eux et vous.
BALZAC, Lys, 1836, p. 105.
P. anal. Les princes de la médecine :
8. Le médecin hospitalier ou universitaire (...) appartenait à la catégorie de ceux que l'on appelait volontiers les « princes de la médecine » ou, plus familièrement, les « grands patrons ». Recruté par concours (...), il obéissait à la vieille règle hippocratique de la filiation d'école et devait sa notoriété à ses travaux personnels autant qu'à son ascendant.
BARIÉTY, COURY, Hist. méd., 1963, p. 789.
2. Domaine spirituel. Après-demain, jour de Saint-Michel, prince de la lumière créée et bien-aimé du Seigneur (NODIER, Fée Miettes, 1831, p. 114).
Le prince des démons. Synon. le Démon (avec art. déf.). Poussant jusqu'au bout la logique de l'absurde, certaines gens chassaient les démons par Béelzébub, prince des démons (RENAN, Vie Jésus, 1863, p. 308). V. démon ex. 10.
Le Prince des Enfers. Synon. Satan. Cependant le Prince des Enfers étoit arrivé aux extrémités du monde (CHATEAUBR., Natchez, 1826, p. 142).
Le Prince de ce Monde. [P. oppos. au spirituel] Celui qui règne sur le monde matériel. L'heure vient où sur les ruines de ce qui reste encore de l'ancien ordre chrétien, le nouvel ordre va naître qui sera réellement l'ordre du monde, l'ordre du Prince de ce Monde, du prince dont le royaume est de ce monde (BERNANOS, M. Ouine, 1943, p. 1494).
Le Prince des ténèbres. [P. oppos. à la lumière de Dieu] Synon. Lucifer. Le Desdichado [Le Désespéré, poème de Nerval], le ténébreux, ne s'apparente-t-il pas au Prince des ténèbres, à Lucifer révolté et précipité du ciel? (DURRY, Nerval, 1956, p. 179).
REM. 1. Princée, subst. fém., rare. Petite principauté. Depuis 1 100 le prince d'Antioche, le chef normand Bohémond, était prisonnier des Turcs d'Asie Mineure, tandis que son neveu Tancrède gouvernait à sa place sa « princée » (GROUSSET, Croisades, 1939, p. 77). 2. Princillon, subst. masc., fam. Prince pauvre ou dont l'état est très petit. Peut-être est-ce la fille de quelque princillon d'Allemagne, personne ne lui parle (BALZAC, Paix mén., 1830, p. 316). 3. Principion, subst. masc., péj. Prince d'un très petit état. Synon. vieilli de principicule. Le 5 mai 1808, le traité de Bayonne cède à Napoléon, au nom de Charles IV, tous les droits de ce monarque : le rapt des Espagnes ne fait plus de Bonaparte qu'un principion d'Italie (CHATEAUBR., Mém., t. 2, 1848, p. 386). 4. Prince-évêque, subst. masc., hist. Évêque gouvernant un évêché, lequel confère le titre de prince à son titulaire. Ce soir, dans la cour de la résidence des princes-évêques, à Salzbourg (MAURIAC, Journal 2, 1937, p. 130). En novembre et décembre 1790, les troupes autrichiennes rétablirent à Liège l'autorité du prince-évêque et réoccupèrent les provinces belgiques (LEFEBVRE, Révol. fr., 1963, p. 211). 5. Prince-président, subst. masc. Fils d'Hortense de Beauharnais et de Louis-Bonaparte, président de la République française en 1848, qui devint empereur des Français en 1852 sous le nom de Napoléon III. Le Prince-Président sut jouer habilement des souvenirs de l'Empire et se présenter comme le sauveur de l'ordre aux yeux des conservateurs, comme l'héritier des traditions de 89 aux yeux de la gauche (VEDEL, Dr. constit., 1949, p. 81).
Prononc. et Orth. :[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1re moitié XIIe s. « celui qui possède une souveraineté » (Psautier d'Oxford, II, 2, éd. Fr. Michel); ) 1524 prince royal « fils de roi » (P. GRINGORE, Vie Ms. S. Loys, éd. Ch. d'Héricault et A. de Montaiglon, II, 36); 1787 id. « héritier d'un roi » (STAËL, Lettre jeun., p. 183); ) 1578 prince du sang (H. ESTIENNE, Deux Dialogues, éd. P. Ristehuber, I, p. 328); ) 1802 prince impérial (FLICK); b) 1413 « le souverain, celui qui exerce le pouvoir réel » Le Prince (CHRISTINE DE PISAN, Le Livre de Paix, X, éd. Ch. C. Willard, p. 75); c) loc. ) 1407 parole de prince « promesse verbale » (Arch. de Bretagne, V, 25 ds Fonds BARBIER); ) 1538 en prince « magnifiquement » (EST., s.v. magnifice); ) 1566 jeu de prince « amusement où les autres pâtissent » (H. ESTIENNE, Apologie pour Hérodote, C. 19 ds GDF. Compl., s.v. jeu); 2. a) hist. juive 1re moit. XIIe s. « celui qui est le principal personnage d'un groupe » (Psautier d'Oxford, LXVII, 30, éd. Fr. Michel); ) mil. XIIIe s. prince des prêtres « chez les Hébreux, le grand prêtre en exercice » (Les Evangiles des Domées, éd. R. Bossuat, p. 79); ) 1530 prince de la synagogue (LEFÈVRE D'ÉTAPLES d'apr. H. KUNZE ds Die Bibelübersetzungen von Lefèvre d'Etaples und von P. R. Olivetan, p. 128); ) 1583 prince du peuple (R. GARNIER, Les Juifves, 1902, II, p. 164 ds IGLF); ) 1765 prince de la captivité (Encyclop.); b) hist. romaine ) 1313-28 princes des Romains (Ovide moralisé, XV, 1577, éd. C. De Boer, 5, 231); 1559 prince de Rome (AMYOT, Cicéron, éd. J. Normand, 113); ) 1765 prince du Sénat (Encyclop.); ) id. prince de la jeunesse (ibid.); c) 1313-28 Li grant prince de Sainte Yglise (Ovide moralisé, VIII, 499, op. cit., 3, 121); 1585 Princes de l'Eglise (N. DU FAIL, Contes d'Eutrapel, II, 87 ds IGLF); 3. 1121-34 prince de mort « le démon » (PHILIPPE DE THAON, Bestiaire, éd. E. Walberg, 445); 1553 prince de ce monde « id. » (Bible, Gérard, Jean, 12, 31 d'apr. FEW t. 9, p. 390a); 1616 prince de l'Enfer « id. » (D'AUBIGNÉ, Tragiques, I, p. 14 ds IGLF); 1690 prince des ténèbres « id. » (FUR.). Empr. au lat. princeps « qui occupe la première place », d'où les sens partic. a) princeps senatus « prince du sénat », b) à partir d'Auguste « l'empereur, le prince » car Auguste, sous le nom de prince du sénat avait concentré tout le pouvoir entre ses mains, c) principes juventutis, à l'époque républicaine « l'élite de la jeunesse; la fleur de la noblesse ». Fréq. abs. littér. :11 670. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 29 401, b) 15 337; XXe s. : a) 12 432, b) 8 844.
DÉR. Princerie, subst. fém. État, dignité de prince. (Dict. XIXe et XXe s.). Mais il [Saint-Simon] les déteste en eux-mêmes [les cardinaux] pour leur « chapeau », pour leur « princerie » (LA VARENDE, Saint-Simon, 1955, p. 348). Fam. Ensemble de princes. (Dict. XIXe et XXe s.). — []. Att. ds Ac. 1798-1878. — 1res attest. a) 1425 « principauté » (Relation des resolutions arrêtées par les vassaux du duc de Lorraine Charles II, BN 4846, F° 427 ds GDF. Compl.), b) 1er tiers du XVIe s. « état de prince » (FOSSETIER, Cron. Marg., ms. Brux., I f° 149 V° ds GDF.); de prince, suff. -erie.
BBG. — GLATIGNY (M.). Le Contrat entre le Prince et le Peuple chez d'Aubigné. Peuples et pouvoir : ét. de lexicol. pol. Lille, 1981, pp. 17-46. — HASSELROT 1957, p. 200 (s.v. principion). — QUEM. DDL t. 1, 11.

prince [pʀɛ̃s] n. m.
ÉTYM. V. 1120; du lat. princeps « premier », et, par ext., « chef, empereur ».
———
I
1 Didact. ou littér. Celui qui possède une souveraineté (à titre personnel et héréditaire); celui qui règne (prince régnant). Monarque, roi, souverain; princesse. || Le prince et le pouvoir (→ Despotisme, cit. 3; magistrature, cit. 1; main, cit. 98, Voltaire; perdre, cit. 59, Montesquieu). || Le prince et l'État (cit. 130, Bossuet). || Le prince et le législateur (cit. 2, Rousseau). || Prince de droit divin (→ Majesté, cit. 2, Bossuet). || Les républiques et les princes (→ Envie, cit. 23). || Le prince qui gouverne un peuple (→ Berger, cit. 14), règne sur un peuple. || Le prince et ses sujets (→ Étaler, cit. 10), et le peuple… (→ Honneur, cit. 40).Les ministres, le ministère (cit. 9) du prince (→ 2. Politique, cit. 2, Bossuet).Bon prince; prince magnanime (cit. 1). || Ce prince humain et bienfaisant (→ Attitude, cit. 4). || « Un roi qui n'a de prince que le nom » (cit. 38). || La cour, les courtisans d'un prince. || La faveur (cit. 12) du prince. || Avoir l'oreille (cit. 15) du prince. || Flagorner (cit. 1) un prince (→ aussi 1. Louer, cit. 12).Hist. || Princes feudataires (cit. 2) : vassaux d'un roi, d'un empereur et souverains sur leur fief. || Princes de la maison de France. || Princes de la maison d'Autriche, princes allemands… Archiduc, grand-duc, landgrave, margrave, rhingrave. || Princes médiatisés. || Prince turc ( Hospodar, sultan…), arabe ( Chérif), hindou, indien ( Maharajah, rajah).Le Prince Igor, opéra de Borodine.
1 Doncques (donc), Roi, si tu veux que ton règne prospère,
Il te faut craindre Dieu : le Prince qui révère
Dieu, Justice et la Loi, vit toujours fleurissant,
Et toujours voit sous lui le peuple obéissant.
Ronsard, Premier livre des hymnes, « Hymne de la Justice ».
2 (Saint Louis) ce grand beau jeune homme français aux cheveux blonds, aux yeux clairs, au courage enfantin, c'est aussi un prince, un prince qui bat monnaie, rend justice, un administrateur du temporel, enfin !
Bernanos, les Grands Cimetières sous la lune, p. 360.
Le souverain, celui qui exerce le pouvoir réel. || Le Prince, ouvrage de Machiavel (1513). || « Les raisons légitimes de motiver la violation de ses engagements ne manqueront jamais à un prince » (Machiavel). — ☑ Loc. (1869). Le fait du prince : acte du gouvernement, du pouvoir, qui contraint à l'obéissance (surtout en parlant de mesures arbitraires). — ☑ Ce sont là jeux (cit. 10 à 12) de prince.
(XVIIIe). Spécialt, vx. (Dr. constitutionnel). Les titulaires du pouvoir exécutif.
3 (…) il y a dans l'État un corps intermédiaire entre les sujets et le souverain (…) Les membres de ce corps s'appellent magistrats ou rois c'est-à-dire gouverneurs. Le corps entier, considéré par les hommes qui le composent, s'appelle prince, et, considéré par son action, il s'appelle gouvernement.
Rousseau, Émile, V (→ aussi Équilibre, cit. 21; monarque, cit. 1).
2 (V. 1120). Celui qui appartient à une famille souveraine, sans régner lui-même; titre porté par les membres de la famille royale, en France. — ☑ (1578). Prince du sang : proche parent du souverain (au XVIIe siècle, les fils, les frères et neveux du roi, ses autres parents, étant appelés princes du sang royal). → 1. Duc, cit.; habilité, cit. || Titres donnés aux princes du sang. Altesse, monseigneur (cit. 1). || Apanage (cit. 1) d'un prince du sang.(1677). || Monsieur le Prince (→ Apothéose, cit. 3; 1. barbe, cit. 5). Monsieur. || « Très haut (cit. 36) et très puissant prince Louis de Bourbon… » (Bossuet).Prince prétendant. || Prince consort.Princes légitimés : bâtards du roi de France.(Sous l'Empire). || Princes français (membres de la famille de l'Empereur).
Spécialt. L'héritier de la souveraineté. || Prince héritier de France ( 2. Dauphin), d'Espagne ( Infant), de Grèce ( Diadoque), d'Allemagne ( Kronprinz), de Russie ( Tsarévitch), etc. || L'instruction (cit. 3) du prince.(V. 1360). || Le prince de Galles : le fils aîné du souverain d'Angleterre. || Le prince Noir : le prince de Galles, Édouard (fils d'Édouard III).(Sous l'Empire). || Le prince impérial.
3 (V. 1188). Celui qui possède un titre, attaché ou non à la possession d'une terre ( Principauté), conféré par un souverain. REM. Le titre de prince n'avait pas d'existence légale en France, sauf pour les membres de la maison royale (sens 2.); les princes étaient des seigneurs descendant des possesseurs de certains alleux, de terres anciennement territoires d'Empire ou ayant appartenu à un prince du sang, ou (les princes étrangers) des personnes reconnues d'origine souveraine. — Faire (cit. 133) qqn prince. || Princes d'Empire (créés par Napoléon Ier).
4 (…) le fils de ma belle-sœur porte le titre de prince d'Agrigente, qui nous vient de Jeanne la Folle, comme aux La Trémoille celui de prince de Tarente. Or, Napoléon a donné ce titre de Tarente à un soldat (…) mais en cela l'empereur a disposé de ce qui lui appartenait encore moins que Napoléon III en faisant un duc de Montmorency (…)
Proust, le Côté de Guermantes, Pl., t. II, p. 592.
Mod. (En France). Titulaire du plus haut titre de noblesse, qu'il s'agisse d'un prince du sang royal (sens 2.) ou non (→ Dépayser, cit. 2; noble, cit. 25).
5 — Il porte le titre de baron de Charlus. Régulièrement, quand mon grand-oncle est mort, mon oncle Palamède aurait dû prendre le titre de prince des Laumes, qui était celui de son frère avant qu'il devînt duc de Guermantes, car dans cette famille-là ils changent de nom comme de chemise (…) et bien qu'il eût le choix entre quatre ou cinq titres de prince, il a gardé celui de baron de Charlus, par protestation (…) « Aujourd'hui, dit-il, tout le monde est prince, il faut pourtant bien avoir quelque chose qui vous distingue; je prendrai un titre de prince quand je voudrai voyager incognito ». Il n'y a pas selon lui de titre plus ancien que celui de baron de Charlus (…)
Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs, Pl., t. I, p. 755.
(À l'étranger). || En Italie, les neveux des papes portaient le titre de prince. || Prince russe (titre inférieur à celui de grand-duc). → Gouverneur, cit. 5.
4 Personnage princier, grand seigneur. || Contes où le prince épouse (cit. 7) la bergère. || Le prince charmant (→ Oiseau, cit. 10).Le Petit Prince, récit de Saint-Exupéry (1943). || La ville dont le prince est un enfant, pièce de Montherlant (1952).
5 Souverain régnant sur un État portant le nom de principauté. || Prince de Monaco. aussi Principicule.
6 Loc. (XVIIe). Être habillé (→ Fashion, cit. 3), vêtu comme un prince, richement, princièrement. Luxe (→ aussi Commis, cit. 2). || Vivre, manger comme un prince.
Loc. fig. (1690). Bon prince. || Être bon prince : faire preuve de générosité, de bienveillance, de tolérance. Accommodant.
6 Le gouvernement, bon prince, déchire, en rigolant, ses listes noires, et laisse courir les suspects (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. VIII, p. 34.
———
II
1 (V. 1160). || Le prince de… : le premier, le principal personnage (d'un groupe).
(1765). Hist. rom. || Le prince du Sénat : le premier sénateur dont le nom était lu par le censeur. || Prince de la jeunesse, de l'ordre équestre : le premier nommé, dans le dénombrement de cet ordre (sous la République).Chez les Hébreux. || Princes du peuple : chefs des tribus. || Princes de la synagogue. || Prince des prêtres (vx) : grand prêtre.(1690). Relig. chrét. || Le prince des apôtres : saint Pierre. || Les princes de l'Église : les cardinaux, archevêques et évêques. — ☑ Le prince des démons (cit. 12), et, poét., le prince des ténèbres : Satan.
Au moyen âge. Premier personnage d'une confrérie de « fous », de « sots ». Sotie. || Prince des sots.Littér. Président d'une cour littéraire, auquel on dédiait les ballades (→ Envoi, cit. 3).
Mod. || Le prince des poètes, des critiques (→ Périphrase, cit. 1) : celui qui est reconnu par ses pairs comme étant le premier.
2 (Dans un domaine particulier). Maître, seigneur. || Les princes de la terre : les grands de ce monde (→ Hauteur, cit. 28). || Chateaubriand, prince de cette jeunesse qui n'a pas su être jeune (cit. 12). || Le prince du bric-à-brac (cit. Balzac). Roi. || Les « princes de la science » (→ Consultation, cit. 3).Poét. || L'albatros, prince des nuées (cit. 2).
7 (…) ce qui importe à l'histoire de la littérature, c'est qu'un Allemand (Lessing) ait eu le courage de critiquer un grand écrivain français, et de plaisanter avec esprit le prince des moqueurs, Voltaire lui-même.
Mme de Staël, De l'Allemagne, II, VI.
8 Le ci-devant jeune homme, gravement malade, venait de subir une consultation des plus fameux médecins, qui ne s'appelaient pas encore les princes de la science.
Balzac, le Cousin Pons, Pl., t. VI, p. 612.
DÉR. Princerie, princesse, 1. princier.
COMP. Prince de Galles.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Prince — im Jahr 2009 in Paris Prince Rogers Nelson (* 7. Juni 1958 in Minneapolis, Minnesota) ist ein US amerikanischer Sänger, Komponist, Songwriter, Musikproduzent und Multiinstrumentalist. Prince ist seit 1978 im Musikgeschäft tätig. Vor allem in …   Deutsch Wikipedia

  • Prince — Prince, from the Latin root princeps , is a general term for a monarch, for a member of a monarch s or former monarch s family, and is a hereditary title in some members of Europe s highest nobility. The female equivalent is a princess.Historical …   Wikipedia

  • prince — PRINCE. s. m. Nom de dignité. Celuy qui possede une Souveraineté en titre, ou qui est d une Maison souveraine. Prince souverain. Prince feudataire. c est un Prince tres puissant, un des plus grands Princes de l Europe. Prince estranger. les… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Prince — Prince, n. [F., from L. princeps, cipis, the first, chief; primus first + capere to take. See {Prime}, a., and {Capacious}.] 1. The one of highest rank; one holding the highest place and authority; a sovereign; a monarch; originally applied to… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Prince Yi — of the Blood (zh: 怡親王) was the title of peerage first given to Yinxiang, the 13th son of the Kangxi Emperor of China, then subsequently inherited by his descendants. It was created by Yinxiang s brother the Yongzheng Emperor. After a power… …   Wikipedia

  • Prince — nació con el nombre de Prince Roger Nelson (Minneapolis, EE UU, 1958) Cantante y compositor estadounidense. Fue el gran renovador de la música negra de su país durante la década de 1980, con grabaciones tan famosas como Purple rain (1984) y Sign… …   Enciclopedia Universal

  • prince — prince; prince·dom; prince·kin; prince·less; prince·let; prince·li·ness; prince·ling; prince·ship; prince·ton; prince·ly; Prince; …   English syllables

  • prince — Prince, ou Princesse, Princeps. Un prince et gouverneur de quelque ville, Regulus. Un prince qui a le gouvernement d un peuple en souveraineté, Monarcha. Tu as fait chose par laquelle les princes qui viendront apres, te recognoistront, Notabilem… …   Thresor de la langue françoyse

  • Prince de Lu — Prince (biscuit) Pour les articles homonymes, voir Prince. Le Prince est un gâteau fourré au chocolat formé de deux disques pleins à l effigie du Prince de la marque LU. Il peut être mangé seul ou, selon la tradition[réf. nécessaire], trempé …   Wikipédia en Français

  • prince — W3 [prıns] n [Date: 1100 1200; : Old French; Origin: Latin princeps leader , from primus ( PRIME1) + capere to take ] 1.) the son of a king, queen, or prince →↑princess ▪ Prince William …   Dictionary of contemporary English


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.